nesoro

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 27 mai 2003

des fois...

Des fois, j'me pose des questions... Est-ce que les gens qu'il dessine rencontrent les gens que je dessine?

des fois...

dimanche 25 mai 2003

Ne restons pas de marbre...

Je suis tombé dessus hier...il arrive que le contenant stimule le contenu. Ce carnet à couverture de nacre m'a tenu compagnie à l'automne 2000...une période plutôt tranquille... C'est curieux mais ce carnet a suggéré pas mal de dessins de pure fiction...

Il commence par une Viviane que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam...l'envie de fuir Paris et le métro était sans doute assez réelle... des désirs de changement c'est certain, mais sûrement pas pour se retrouver dans la situation dramatique de Sofian!

Retour à la vie réelle. Passage à côté de la salpétrière où avec G nous avons vu des oeuvres incroyablement poignantes de Kiefer.

Un autre soir, à l'"entrepôt", je suis allé avec quelques membres de mon groupe (dont German) écouter Lune qui devait faire notre première partie. Eh oui, je fais un peu de musique (je t'avais dit Miette que je te la chanterais)...

Pour finir, au lieu de vous raconter mes salades, je ferais mieux de suivre les conseil de Lune, qui, quand elle ne chante pas du Vian, nous livre le secret : faut bosser

samedi 17 mai 2003

ça va marcher...

demain c'est marchédemain c'est aujourd'hui... demain ça va marcher!

mardi 6 mai 2003

pas nets

Pas nets... nous, les "gens"... Idées brouillées, brouillonnes...En rentrant de rendez-vous cet aprème, métro. Pas de carnet sous la main. Mon agenda. Petits carreaux. Carreaux carrés, mais vie biscornue. Carreaux qui se colorent des idées biscornues que je suppose chez mes congénères... Expressions expérimentales.

vendredi 2 mai 2003

Le grain du métro

Un matin dans le métro...

A remplir l'un de mes innombrables carnets. Les voyageurs sont indifférents...ils voient bien que je dessine mais font comme si de rien n'était. Seuls les enfants réagissent : "Maman, qu'est ce qu'il fait le monsieur?" La maman, sourire géné... "il dessine mon chéri...laisse le tranquille..." Parfois la conversation prend "et c'est votre métier?..." moi, mystérieux et dubitatif "non, non, c'est pour mon plaisir...". En fait, c'est un peu autre chose que du plaisir, c'est une sorte d'obsession...de besoin de traduire ce que mon oeil voit, ce que mes sens perçoivent, une façon d'être en communication avec ces humains qui m'entourent de si près et qui sont si chacun dans leur monde... tous ces mondes concentrés qui se balladent solitaires. Des fois, je me prends à rêver que dans le grain du crayon, j'arrive à capter des bribes de ces mondes...